Logo zéro déchet, zéro gaspillage

Que deviennent les déchets du bac à ordures ménagères ?

Après avoir été collectées, les ordures ménagères transitent par le quai de transfert de Doué-la-Fontaine grâce auquel le transport est limité et optimisé (les déchets sont regroupés pour être transportés dans des véhicules de plus grande contenance). Puis ils prennent la direction de l’Unité de Valorisation Energétique à Lasse.

L’unité de valorisation Énergétique de Lasse

Unité de valorisation énergétique de LasseDepuis septembre 2004, la valorisation énergétique des ordures non triées vient compléter le recyclage des déchets triés.

L’action du SIVERT de l’Est Anjou gérant l’unité de valorisation énergétique s’inscrit dans la complémentarité des différentes fillières de traitement. Ainsi grâce au recyclage des déchets triés, au compostage des déchets verts et des déchets alimentaires et la valorisation en énergie des ordures ménagères restantes, tout est mis en œuvre pour traiter au mieux les déchets ménagers.

La mise en place du SIVERT de l’Est Anjou est l’aboutissement d’une collaboration entre les différents syndicats de collecte dont le SMITOM et autres regroupements de communes, représentants 183 communes de l’est du Maine et Loire.

 

Fonctionnement de l’usine de Lasse de valorisation énergétique

Chaque camion qui arrive est pesé et contrôlé à l’entrée. Il recyclagedécharge son contenu dans la fosse. Le grappin puise au fur et à mesure dans cette fosse pour alimenter le four. Les déchets sont brûlés aux alentours de 1000°C.

A l’issu de cette combustion se retrouve :

  • les mâchefers (éléments incombustibles) dans lesquels sont ensuite récupérés les éléments ferreux et non ferreux.
  • les fumées qui sont traitées afin de rejeter le moins de polluants possible (voir encart ci dessous)

Les fumées permettent de chauffer l’eau d’un circuit fermé. Sous l’action de la chaleur des fumées, l’eau se transforme en vapeur, mise sous pression pour actionner une turbine qui produit l’électricité. Dans des aérocondenseurs, l’eau retrouve son état liquide et suit de nouveau le même circuit. Toute combustion nécessite un traitement des fumées spécifique, véritable procédé industriel à part entière.

L’unité de Lasse dépasse les exigences réglementaires pour atteindre des taux d’épuration exceptionnels, entre -10% et -80% par rapport à la norme européenne, avec notamment -20% pour le traitement des dioxines et des furannes. De plus, le SIVERT interdit tout rejet liquide dans le milieu d’accueil : politique du «zéro liquide polluant».

Chiffres clés

  • 12,5 tonnes : c’est la capacité du four à brûler les déchets par heure
  • 60 000 MWH : c’est la production d’électricité par an de l’Unité de Valorisation Energétique Salamandre (l’équivalent de la consommation de la ville de Saumur : 30 000 habitants)
  • 96 % : c’est le bilan de la valorisation, c’est-à-dire la proportion de déchets valorisés par le SIVERT
  • 0 rejet liquide industriel

POUR EN SAVOIR PLUS SUR LE SIVERT : www.sivert.fr

 

camion SMITOM