Logo zéro déchet, zéro gaspillage

Le compostage

Le compostage de nos déchets pour en faire un engrais gratuit et naturel, c’est très simple ! Disposer dans le fond du jardin, en tas ou dans un bac, les déchets de cuisine et de jardin pour qu’ils fermentent. Au bout de 6 à 9 mois, les déchets, grâce au travail des micro-organismes, sont transformés en un composte qui va enrichir naturellement son sol et apporter de nombreux éléments nutritifs que les plantes pourront assimiler pour se développer (azote, phosphore, potassium). Il favorise aussi la biodiversité de la micro-faune.

 

Mais alors quels déchets composter ?

Quels types de déchets composter ?Avant tout, il faut savoir que pour obtenir une décomposition optimale des déchets, il faut veiller au bon équilibre entre les matières sèches (riches en carbone) et les matières humides (riches en azote).

Les déchets azotés : tontes de pelouse sèche, reste dans l’assiette en fin de repas, coquilles d’œuf broyées, déchets du potager et du verger, mauvaises herbes, marc et filtre du café de thé et d’infusion, épluchures, fruits et légumes pourris, pain rassis, croûtes de fromages,
Les déchets carbonés : feuilles mortes, fleurs et plantes fanées, paille et foin, fumier, broyat, copeaux de bois, branchages, tailles de haies, d’arbustes et de rosiers. Mais aussi : serviettes en papier et essuie-tout.
A ne surtout pas mettre : les haies de thuya, cyprès et laurier, étiquettes des fruits et légumes, cendres de charbon, cartons et emballages plastiques et tout ce qui n’est pas organique.

Comment faire du compost ?

Comment faire votre compost

  • Disposez le tout en tas ou dans un composteur (mis à disposition par le SMITOM, dans un magasin ou fait maison),
  • Mélanger les différentes catégories de déchets azotés et carbonés,
  • Aérer pour fournir de l’oxygène aux micro-organismes,
  • Surveiller l’humidité, pour cela faite le « test de l’éponge » en vérifiant que votre compost est comme une éponge essorée, c’est à dire humide mais ne dégoulinant pas.

Comment utiliser son compost ?

Le mélange idéal pour vos cultures est de un tiers compost et deux tiers de terre.
Compost jeune (3/6 mois) : épandage en paillage au pied des arbres et couverture des cultures
Compost mûr (6/12 mois) : amendement fertilisant comparable au terreau (odeur agréable de sous-bois), s’utilise pour toutes les cultures.

 

Les habitants du composteur

Comme nous, les micro-organismes ont besoin d’eau, de nourriture et d’air pour vivre.
La vie à l’intérieur du compost est très bien organisée : tout d’abord, les champignons, bactéries et invertébrés apportent la chaleur au démarrage. Puis, à mesure que la température monte, d’autres décomposeurs se mettent au travail. Enfin, quand les déchets sont réduits en compost et la température baisse, les vers de terre et les insectes prennent place et aèrent ce dernier pour une qualité irréprochable !

Le ver de terre : le meilleur ami du composteur

Si les vers de terre se multiplient dans votre compost c’est bon signe ! C’est la preuve d’une activité microbienne saine car leurs excréments sont riches en éléments végétaux nutritifs (indispensables pour les plantes).

 

L’évolution du compost au fil des saisons

L’hiver, la vie à l’intérieur du compost ralentit
  • La montée en température ne se fait pas : celle-ci est due à la décomposition des matières azotées comme les déchets verts, elle ne peut donc se faire qu’à partir du printemps.
  • Les apports s’entassent

Ce qu’il faut faire :

  • Remuer régulièrement pour aérer le contenu : il faut redonner de l’air aux bactéries et invertébrés
  • Continuer à alimenter votre composteur
  • N’intervenir qu’en cas d’excès d’humidité ou de sécheresse
Le printemps

Le compost reste encore tassé à la sortie de l’hiver alors pensez à faire des cheminées verticales avec un manche à balai. Ainsi on donne de l’air aux bactéries aérobies et aux invertébrés qui en ont vraiment besoin. Le jardin fournit beaucoup de déchets verts en cette saison. Faîtes attention à ne pas trop charger le composteur !

Pensez à mettre de la matière carbonée (voir plus haut) entre chaque bac de tondeuse. Astuce : si, en serrant dans sa main un peu de compost, on remarque qu’il est humide, c’est qu’il faut rajouter des matières carbonées.

L'été

Si en revenant de vacances, le compost est trop sec ou sent la paille, arrosez-le, de préférence avec de l’eau de pluie.

L'autome

C’est la saison des feuilles mortes. Pensez à les mélanger aux dernières tontes pour éviter de tasser le compost. Attention également au trop plein d’humidité ! Aération et déchets secs seront de bons remèdes.

Un compost se gère à l’odeur

S’il a une odeur boisée alors il est sain. S’il sent la paille, il manque de matières azotées, arroser-le d’eau. Si le moisi se fait sentir, alors cette fois, le compost est trop humide : il faut rajouter un peu de déchets secs.
Pour éviter les odeurs désagréables au printemps, surveillez l’humidité des éléments dans le composteur. S’ils pourrissent au lieu de se décomposer, apportez de la matière sèche et mélanger. Par contre en hiver, comme la température est très basse, il n’y a pas de problèmes d’odeurs.

 

Les 10 conseils du maître composteur

  1. Au printemps c’est la période idéale pour débuter le remplissage de son composteur.
  2. Placez-le sur une surface plane, ni trop à l’ombre, ni trop à la lumière, à l’abri du vent et surtout, en contact direct avec la terre.
  3. Mettez, en guise de première couche, des branchages et de la paille. Celle-ci facilite le passage de l’air dans le compost et attire les micro-organismes du sol (indispensables à la décomposition des déchets).
  4. Broyez ! Diversifiez les déchets et réduisez leur taille. Vous offrirez ainsi un cadre propice à la vie des divers « décomposeurs ».
  5. Aérez régulièrement avec une fourche ou le manche d’un balai.
  6. Remuez sur 10 centimètres de profondeur de temps à autre.
  7. Contrôlez pour éviter les odeurs désagréables ! Si le compost est trop compact (en été), rajoutez des matières humides (gazon, déchets de cuisines). Au contraire, s’il est trop humide (automne-hiver), insérer des matières sèches (papier journal, branches, feuilles mortes).
  8. A proscrire ! Certains déchets comme les excréments d’animaux (litière de chat) sont incompatibles avec un compost de qualité (sain et d’odeur boisé). En effet, les défécations des carnivores contiennent des germes pathogènes transmissibles à l’homme. Cependant, on peut tout à fait mettre la litière du cochon d’inde qui lui est un animal herbivore !
  9. Mettre de la terre dans le compost va certes enrichir le compost en micro-organismes mais va surtout empêcher la montée en température du compost ! Il ne faut donc pas en déposer !
  10. Activateurs naturels de décomposition : le pissenlit, l’ortie en purin ou frais.

Téléchargez le Guide du Compostage (édition 2016)

Le SMITOM Sud Saumurois propose régulièrement des composteurs (mis à disposition), contactez-nous pour plus de renseignements.

Pour réserver votre composteur cliquez ici. Attention, la réservation d’un composteur entraîne le paiement de ce dernier par chèque à envoyer au SMITOM (paiement en ligne bientôt disponible). De plus, la réservation s’accompagne d’une participation à un forum afin de vous apporter toutes les informations sur le compostage

camion SMITOM